• Facebook Clean
  • LinkedIn Clean
  • Google+ Clean

© 2014 par Manoir de la Cour de Launay - JPC

Les Guynais-Lecoeur

Guillaume Lecoeur, Jullien Guynais et Bonne Lecoeur

4 ans après le décès de Louise du Vergier, Jan Burban se sépare de la seigneurie de Launay pour une raison que nous ignorons et la revend à trois acquéreurs : Guillaume Lecoeur, Jullien Guynais et Bonne Lecoeur son épouse.

D'eux, nous savons très peu de choses sinon ce qui est noté dans l'acte de vente de Jan Burban. La famille Lecoeur est originaire de Peillac où continuera à résider Guillaume : lui et Bonne seraient frère et soeur. Nous n'avons pas de précision sur Jullien Guynais sinon qu'il est l'époux de Bonne Lecoeur. Le couple est trop jeune pour pouvoir être autonome et est représenté à l'acte par Guillaume. La question se pose des moyens dont ils disposaient pour pouvoir acheter une seigneurie ....

L'acte de vente précise qu'ils sont métayers de "la Loullaye en Jouardays".

Le 30 décembre 1661, la maison noble de Launay tombe en roture.

Après l'achat, le couple Guynais-Lecoeur résidera à la Cour de Launay et fort probablement dans le manoir qui était inoccupé depuis un siècle et demi.

Acte de vente de la Cour de Launay - 31/12/1661

( E5544/7 - Fonds Castellan - AD Vannes)

Leur parcours sera bref et chaotique. 

En 1663, ils revendent 2 journaux de terre à Alain Hamon, subcuré des Fougerêts. Avaient-ils besoin d'argent ? Les années 1660 à 1664 ont connu des hivers rigoureux ainsi que des famines dans plusieurs régions de France. 

Extrait de Infobretagne (Climat en Bretagne) : En 1662 : "On n'alluma pas les cheminées une seule fois, et les arbres furent en fleurs dès le mois de février. Il est vrai que tout à coup, à la fin de février, le froid fut si intense que la Manche fut gelée, que les cloches se brisaient au moindre choc, et qu'enfin un nombre considérable de personnes périrent."

Le couple a eu trois filles en 1662, 1664 et 1667.

Le 4 juin 1668, à l'âge de 30 ans, Julien Guynays fut emporté par la maladie et décéda aux Fougerêts. Son acte de décès précise qu'il a reçu le Saint-Sacrement et l'extrème-onction pendant sa maladie. Il fut inhumé dans le choeur de l'église des Fougerêts au pied du banc de la Grignonnaye.

Puis la fille cadette décède à Peillac en novembre de la même année, la même semaine que son grand père Pierre Lecoeur. 

Ces événements sonnent le glas de l'épisode Guynais-Lecoeur.

Un mois après le décès de Jullien Guynais, deux des quatre enfants Burban contestent la gestion de la succession de leur mère. Une nouvelle étape s'ouvre.

Vente Guynais-Lecoeur à Hamon

E5544/13 - Fonds Castellan - AD Vannes